Dimanche, octobre 6 2013

LE PHILOSOPHE AMOUREUX ET LA PRESSE

_couverture_du_roman.jpg

Lire la suite...

Jeudi, septembre 26 2013

TARTUFFERIES

Deux affaires, symétriques dira-t-on ont l’été dernier, de manière symbolique, enflammé les gazettes : la lutte des « Femen » ces nouvelles Amazones Ukrainiennes qui font des émules jusqu’en pays arabes en exhibant leurs seins nus et leur torse tatoué de slogans et d’autre part la présence insistante des femmes voilées dans l’espace public. Deux versions d’une même réalité : le corps des femmes est utilisé comme étendard politique ou religieux, le corps des femme veut nous dire quelque chose.

Lire la suite...

Samedi, septembre 7 2013

QUI AU PANTHÉON ? DESCARTES !

Et voilà une question rituelle qui traverse l’esprit de chaque président de la République et de ses conseillers. Qui va-t-on mettre au Panthéon ? Car il faut bien rappeler que le Panthéon fut au lendemain de la Révolution, la nécropole où la République vint inhumer ses grands hommes, comme la Royauté l’avait fait auparavant pour la basilique de Saint Denis. La Révolution, du reste eut pour conséquence la vandalisation et l’abandon de la nécropole royale.

Lire la suite...

Jeudi, août 22 2013

RENTRÉE LITTERAIRE 2013: UN ROMAN DE MARC BÉLIT (en librairie dès le 1° septembre)

_couverture_du_roman.jpg
Voici un roman philosophique qui fait écho à la vie du moins cartésien des philosophes français...René Descartes lui-même. Et qui nous plonge dans la passion amoureuse dont il a lui-même vécu et décrit les arcanes dans son admirable "traité des passions de l'âme". Tout se joue entre quatre personnages qui sont comme les instruments de musique d'un quatuor à cordes où le philosophe Xavier Granier, gloire de la Sorbonne, tient la partie de violoncelle, confronté au duo de violons que forment les jeunes amants Andréa et Nadia, avec, en guise de contrepoint, l'alto d'Hortense, l'épouse délaissée du maître. Et la musique de dérouler ses mouvements vers la paix d'une mort qui réconcilie l'être et le temps. On croit entendre la musique de "la jeune fille et la mort" de Schubert, que Granier écoute sans relâche sur la terrasse de sa villa, face à l'océan où les mouettes plongent sans fin;"Jean-Didier Vincent.

Pour voir l'interview de Marc Bélit évoquant son roman, cliquez sur le lien ci-après : ou bien aller sur Youtube :marc Belit: le philosophe amoureux.

Lundi, juillet 22 2013

AVIGNON 2013

En Avignon, les étés se suivent et ne se ressemblent pas. Sur le plan théâtral, cette année est la dernière du tandem Archambaud/Baudriller qui a bien tenu sa partie pendant dix ans et s’annonce l’ère Py à la suite d’un jeu de chaises musicales décidé par F.Mitterrand.

Lire la suite...

Lundi, juin 24 2013

HANTAÏ, PEINTRE MAJEUR.

écriture roseQuarante ans qu’on n’avait pas vu une exposition semblable sur ce peintre majeur. Il est vrai qu’il avait décidé de cesse d’exposer depuis 1981 et que l’on en était resté à ce que l’on connaissait à cette date, c’est-à-dire l’essentiel. Mais il reste qu’au lendemain de sa participation à la Biennale de Venise, il va se retirer des cimaises, jusqu’à sa mort en 2008.

Lire la suite...

Jeudi, juin 20 2013

EXCEPTION CULTURELLE VERSUS INDUSTRIE CULTURELLE

Finalement nous l’avons échappée belle, le « non » français au mandat de négociation donné aux ministres du commerce de l’union pour discuter avec les Etats-Unis sur les accords de libre échange a finalement abouti à ce que le secteur de l’audio-visuel soit exclu de ces négociations au grand dam des Anglo-saxons. C’est une victoire de la France qui depuis 1993 mène le combat pour que cette « exception culturelle » soit garantie, au motif que la culture « n’est pas une marchandise comme les autres » et par ailleurs, comme ce fut le cas à l’UNESCO où la France avait aussi pris la tête de la révolte, pour garantir la diversité des cultures et de leurs productions. Et tout le monde de se réjouir dans notre pays, majorité, opposition, pas une voix divergente, tant nous avons là un « marqueur idéologique » qui réunit l’opinion publique d’un bout à l’autre de l’échiquier politique.

Lire la suite...

Vendredi, juin 14 2013

L'ART POMPIER AU XXI° SIÈCLE

clairvoyance avantclairvoyance aprèsCela se passe dans une ville moyenne au pied des Pyrénées. Un centre d’art entreprend d’exposer un artiste dans un cabinet de voyance. Voir et ne pas voir tel est le défi de l’installation et plus métaphoriquement peut-être du rapport à l’art. « L’œuvre « donc, ou plutôt « l’installation » est constituée d’une devanture de boutique derrière la vitre de laquelle luit un néon jaune formant le mot « Clairvoyance ». À l’intérieur (inaccessible) de la boutique une machine à vapeur de glycérine dégage une fumée opaque qui empêche de voir. Ne reste que ce néon sur fond de brouillard qui brillait dernièrement dans la nuit d’une rue de Tarbes.

Lire la suite...

Jeudi, juin 6 2013

LES FONDATIONS VÉNITIENNES

mario_merz.JPG oeuvre de Mario Merz. Si l’on veut se convaincre de l’attirance réciproque de l’art de la mode et des affaires, il n’est que de constater le nombre de fondations qui éclosent sous ce jour propice et ce n’est pas fini. Certes certaines comme Gulbenkian ou Guggenheim sont déjà anciennes mais les nouvelles, Pinault, Prada, LVMH (Vuitton) ont rejoint Cartier et d’autres marques encore. Tout se passe comme si le luxe avait besoin de ce stimulant spéculatif supérieur, l’art et singulièrement l’art contemporain.

Lire la suite...

Mercredi, juin 5 2013

VENISE: 55° BIENNALE

maria Lassnig peinture de Maria Lassnig. Que faire quand on est un jeune et brillant conservateur du New Museum of New York, quand on a presque quarante ans et qu’on vient de vous choisir pour présenter au monde une Biennale qui va rassembler près de cent pays et des milliers de visiteurs ?

Lire la suite...

Samedi, mai 18 2013

CANNES 2013

affiche cannes 2013

Lire la suite...

Samedi, mai 4 2013

L’AN 1 DU MINISTÈRE DE LA CULTURE SOCIALISTE

Il est de coutume qu’après la première année, un nouveau pouvoir soit examiné à l’aune de ses promesses, de ses résultats et de ses projets. Pour la politique générale du nouveau président, les sondages mesurent à ce stade un étiage un peu décourageant. Et pour la culture ?

Lire la suite...

Lundi, avril 15 2013

LES MOUCHES ONT CHANGÉ D’ÂNE.

On connaît, sans doute, l’expression issue du monde rural qui dit quelque chose de ces importunes qui certains jours d’été affolent les animaux au pré. Elle est restée dans le langage comme une métaphore pour nommer ces « mouches modernes » que Sartre déjà désignait comme les figures du harcèlement et du remords. Aujourd’hui, on s’accorderait sans doute à leur trouver un équivalent dans les média et chacun peut constater qu’ainsi va l’information, parfois jusqu’à l’obsession et la saturation dès lors qu’un fait divers, un événement, grave ou non, se met soudain à saturer l’espace public.

Lire la suite...

Mardi, mars 5 2013

ADIEU JERÔME

La mort du truculent et délicieux Jérôme Savary me touche beaucoup, car j’ai l’impression de voir disparaître une des figures les plus emblématiques de ma génération. Passons sur le fait qu’il aura été un des fidèles compagnons du Parvis dans la situation inattendue de ce lieu où il reconnaissait le sens de la débrouille et le goût de l’aventure, passe qu’il en aura été un défenseur, lâchant dans ses spectacles à Tarbes cette phrase connue et sans doute convenue : « moi je préfère les théâtres dans les supermarchés que l’inverse ! »

Lire la suite...

Jeudi, février 14 2013

LE PAPE AUX BERNARDINS

Au moment où la « renonciation » à sa charge par un pape en exercice étonne et surprend la monde, je me remémore le souvenir de celui qui en une douce après-midi de septembre 2008 avait invité « le monde de la culture » désignation assez vaste pour que tous ceux qui en avaient la curiosité puissent y trouver une place, à venir le rencontrer lors de l’inauguration du couvent des Bernardins nouvellement restauré à Paris.

Lire la suite...

Samedi, février 2 2013

TOMBOUCTOU

Alors que la télévision nous montre les colonnes de blindés de l’armée française avançant dans les sables avec des airs de corps expéditionnaire d’autrefois, la ville de Tombouctou, bientôt prise et libérée de ses occupants « Djihadistes » se rappelle à notre souvenir.

Lire la suite...

Samedi, janvier 26 2013

DALI 2013

La récente visite faite à l’exposition Dali au Centre Pompidou m’a laissé une impression de malaise et d’ennui. Impression de tout connaître (ce qui est faux) de déjà vu (ce qui est vrai) passage de l’iconique dans le réel, la machinerie ou la machination Dali a à ce point imprégné la société de communication que son bric à brac pictural s’est répandu à l’état gazeux et qu’on en respire des effluves sans même s’en rendre compte.

Lire la suite...

Lundi, janvier 14 2013

L’ARDOISE MAGIQUE

C’est S.Freud, qui parlant de la mémoire employa le modèle de l’ardoise magique(Wunderblock), cette tablette rudimentaire précurseur de nos modernes tablettes électroniques qui permet d’écrire et d’effacer à volonté, tout en gardant imprimé, sur le carbone à l’époque, dans une mémoire aujourd’hui, la trace des mots et des phrases qui tels des palimpsestes peuvent à nouveau revenir migrer vers la surface. Et je pensais à cela en observant les annonces et les dénis, les repentirs comme il en existe en peinture par lesquels un gouvernement un peu trop pressé revoit chaque jour sa copie par la force des choses.

Lire la suite...

Vendredi, décembre 21 2012

DEPARDIEU

Qu’est-ce qui est gênant dans « l’Affaire Depardieu », cet exil tonitruant bien dans la manière de l’acteur excédé par la ponction fiscale qu’il subit d’une manière jugée par lui excessive ? Ce n’est pas tant le fait (Depardieu n’est pas le seul et les exilés fiscaux par les temps qui courent sont semble-t-il légion), c’est davantage le symbole. Car ce comédien exceptionnel, capable de tourner dans l’avant-garde comme dans le péplum national (Astérix) ou dans le bon film policier, cet excellent acteur qui a plus de 170 films à son actif et est également capable de tenir son rang au théâtre, est plus qu’un artiste, c’est un symbole national.

Lire la suite...

Mercredi, décembre 12 2012

LE LOUVRE AU PAYS DES TERRILS

On raconte qu’aux premiers temps des Maisons de la culture, André Malraux alors ministre avait décidé que les chefs-d’œuvre du Louvre devaient être rendus au peuple et donc, pour certains d’entre eux, exposés dans les toutes nouvelles Maisons de la culture qui étaient, je crois, Bourges ou Amiens. Il se heurta alors à la résistance des conservateurs qui firent tout pour s’y opposer, mais il imposa sa volonté et dans l’une de ces maisons, il y eut une exposition des chefs-d’oeuvre du Louvre. Le Louvre y dépêcha un ou deux de ses conservateurs qui couchèrent sur place et gardèrent eux-mêmes leurs chefs-d’œuvre pendant toute la durée de l’exposition. La leçon porta et l’initiative n’eût plus de suite.

Lire la suite...

- page 8 de 13 -