Lundi, janvier 14 2013

L’ARDOISE MAGIQUE

C’est S.Freud, qui parlant de la mémoire employa le modèle de l’ardoise magique(Wunderblock), cette tablette rudimentaire précurseur de nos modernes tablettes électroniques qui permet d’écrire et d’effacer à volonté, tout en gardant imprimé, sur le carbone à l’époque, dans une mémoire aujourd’hui, la trace des mots et des phrases qui tels des palimpsestes peuvent à nouveau revenir migrer vers la surface. Et je pensais à cela en observant les annonces et les dénis, les repentirs comme il en existe en peinture par lesquels un gouvernement un peu trop pressé revoit chaque jour sa copie par la force des choses.

Lire la suite...

Vendredi, décembre 21 2012

DEPARDIEU

Qu’est-ce qui est gênant dans « l’Affaire Depardieu », cet exil tonitruant bien dans la manière de l’acteur excédé par la ponction fiscale qu’il subit d’une manière jugée par lui excessive ? Ce n’est pas tant le fait (Depardieu n’est pas le seul et les exilés fiscaux par les temps qui courent sont semble-t-il légion), c’est davantage le symbole. Car ce comédien exceptionnel, capable de tourner dans l’avant-garde comme dans le péplum national (Astérix) ou dans le bon film policier, cet excellent acteur qui a plus de 170 films à son actif et est également capable de tenir son rang au théâtre, est plus qu’un artiste, c’est un symbole national.

Lire la suite...

Mercredi, décembre 12 2012

LE LOUVRE AU PAYS DES TERRILS

On raconte qu’aux premiers temps des Maisons de la culture, André Malraux alors ministre avait décidé que les chefs-d’œuvre du Louvre devaient être rendus au peuple et donc, pour certains d’entre eux, exposés dans les toutes nouvelles Maisons de la culture qui étaient, je crois, Bourges ou Amiens. Il se heurta alors à la résistance des conservateurs qui firent tout pour s’y opposer, mais il imposa sa volonté et dans l’une de ces maisons, il y eut une exposition des chefs-d’oeuvre du Louvre. Le Louvre y dépêcha un ou deux de ses conservateurs qui couchèrent sur place et gardèrent eux-mêmes leurs chefs-d’œuvre pendant toute la durée de l’exposition. La leçon porta et l’initiative n’eût plus de suite.

Lire la suite...

Samedi, décembre 8 2012

PRIORITÉ JEUNESSE

Dans le contexte de morosité budgétaire où se débat le Ministère de la culture chacun scrute un peu les bonnes nouvelles éventuelles. La plupart du temps, elles se résument à des diminutions de moyens moins importantes que prévu, c’est dire.

Lire la suite...

Samedi, novembre 17 2012

CRÉDITS ET DISCRÉDIT

Notre attention avait été attirée, il y a quelques semaines par un article du Syndéac (le syndicat des entreprise de spectacle) inquiet des baisses de crédits de la culture. A y regarder de plus près, on pouvait s’aviser que le Syndéac n’y était plus associé à la CGT comme cela avait été le cas ces dernières années où il publiait des tribunes martiales contre le gouvernement de l’époque, mais cette fois, il était associé à une poignée de syndicats professionnels qu’on n’entend que rarement.

Lire la suite...

Samedi, novembre 10 2012

MARIAGE GAY : LA VALEUR ET LA NORME

Longtemps, nous avons vécu dans un monde de valeurs. La valeur était le nom que l’on donnait à ce qui, pour nous, pour la société, pour l’humanité même était censée valoir le plus. Cela s’était établi petit à petit, donnant ainsi les références d’une morale. Tant et si bien qu’au siècle dernier le philosophe Nietzsche prônait lui, une inversion de toutes les valeurs.

Lire la suite...

Samedi, octobre 27 2012

MAUVAIS TEMPS POUR LA CULTURE

Jusqu’à, il y a peu, la culture en France faisait consensus. On était plutôt fiers de vivre dans un pays qui avait fait de la culture une obligation publique. L’État, bien entendu n’y était pas pour rien, qui, en créant en 1959 un Ministère de la culture avait en quelque sorte, donné le cadre dans lequel les politiques publiques inscriraient peu à peu cette nouvelle priorité : « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité et d’abord de la France, au plus grand nombre de Français, assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel et favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent », tel était le sens du décret toujours en vigueur.

Lire la suite...

Vendredi, octobre 12 2012

TAXATION DES ŒUVRES D’ART : LA CHASSE AUX RICHES CONTINUE

Enfin ça y est se diront les plus acharnés des censeurs, on va enfin taxer les œuvres d’art, enfin, plus exactement les possesseurs d’œuvres d’art, c’est-à-dire les riches. En a-t-on assez vus de ces « Pinault » de ces « Arnault » et autres « Cardin », collectionneurs, créateurs de fondations célèbres, acheteurs d’art et accessoirement propriétaires de maisons d’enchères, rivaliser d’audace, abattant des millions de dollars pour l’acquisition de chefs d’œuvres d’art ancien ou contemporain et tenant ainsi tête aux grandes fortunes américaines et celles du golfe. À la casserole fiscale ! Comme tout le monde ! Ils seront frits à la sauce républicaine ! Voilà qui sent bon le fricot révolutionnaire.

Lire la suite...

Samedi, octobre 6 2012

A PROPOS DU PRINTEMPS DE SEPTEMBRE, QUESTION DÉRANGEANTE.

Beau titre en effet que celui de ce « Printemps de Septembre » à Toulouse : « l’histoire est à moi ». Le commissaire d’exposition s’interrogeant sur le sens à donner à cette manifestation déclarait : « comment les artistes voient-ils l’histoire du temps présent et celle du passé, comment se l’approprient-ils ? »

Lire la suite...

Vendredi, octobre 5 2012

SANCTUARISATION!

Dans la décennie précédente, le président Chirac, d’abord, puis son successeur ensuite, pressés par le monde de la culture prompt à stigmatiser le désintérêt réel ou supposé des politiques, spécialement de droite, à l’égard de la culture, avait d’un mot, apaisé ces craintes en parlant de « sanctuarisation » du budget de la culture. Certes, malgré cette assurance le budget donnait régulièrement lieu à des controverses sur l’affectation, la répartition, l’usage des moyens qui n’évoluaient pas à la vitesse des besoins, mais l’essentiel était semble-t-il préservé, de sorte que l’on avait pris l’habitude, dans ce milieu, de se battre pour des « mesures nouvelles » susceptibles d’apporter un peu d’argent frais à la culture.

Lire la suite...

Samedi, septembre 22 2012

CARICATURES ET AUTRES BLASPHÈMES

Nous venons de vivre l’une de ces poussées de fièvre dont le monde est désormais coutumier et qui a pour sujet le blasphème religieux, islamique spécialement, car, comme on sait, les autres religions monothéistes, je ne parle que de celles-là, entraînent des réactions en général plus modérées lorsqu’elles sont confrontées à ce type de problèmes.

Lire la suite...

Samedi, septembre 8 2012

MORALE DE L'HISTOIRE

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale a frappé un grand coup en annonçant dans le « Journal du dimanche » son intention de mettre l’enseignement de « la morale laïque » à l’école . Car la morale dit-il « c’est comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, c’est autant des devoirs que des droits, des vertus et surtout des valeurs.»

Lire la suite...

Samedi, septembre 1 2012

RENTRÉE 2012

La vie culturelle alla son petit bonhomme de chemin tout l’été, le long de ses festivals, de ses évènements artistiques et de la torpeur qui semblait s’être abattue sur « le milieu », maintenant que la gauche était au pouvoir. Une même impression déjà ressentie en 1981 (je parle pour les jeunes) qui faisait que le changement ayant eu lieu, on n’avait plus de soucis à se faire.

Lire la suite...

Vendredi, juin 15 2012

CE QUE DISENT LES IMAGES

La photographie officielle des nos présidents est loin d’être un acte anecdotique, elle est en fait, le premier signe officiel par lequel l’intéressé envoie un message aux Français sur ce qu’il est, sur l’image qu’il veut donner de lui-même, sur l’idée qu’il se fait de sa fonction. Le photographe qui capte cet instantané y ajoute sa touche personnelle, amplifie ou réduit la portée du message selon que son style est plus ou moins affirmé.

Lire la suite...

Dimanche, mai 27 2012

ET MAINTENANT LE FILM!

On l’avait prévu, on l’attendait, il est arrivé. Qui ? mais le film, bien entendu, précédé de l’avantageux BHL qui décline, comme à loisir, la chronologie des médias. D’abord l’annonce, puis le reportage, bientôt le livre, et enfin le film.

Lire la suite...

Samedi, mai 12 2012

SYMBOLIQUE DE L'ART

On l’aura remarqué parce que la communication est importante sur cet événement et que le nom de l’artiste Daniel Buren est connu, mais, la « mise en couleur » qu’il a réalisée au Grand palais à Paris dans le cadre de « Monumenta », mérite qu’on y consacre quelque attention.

Lire la suite...

Jeudi, mai 3 2012

LA TRIENNALE DU PALAIS DE TOKYO

blindVisite de l’exposition : « Intense Proximité » au Palais de Tokyo agrandi, dans le cadre de la nouvelle triennale d’art contemporain de Paris. Et s’il fallait une preuve ou une démonstration du pilotage erratique dont a fait preuve la politique artistique du Ministère de la culture, c’est là qu’on la trouverait.

Lire la suite...

Samedi, avril 14 2012

LES GRANDS RÉCITS

C’est ce qui frappe dans cette campagne électorale, cette attente, cette aspiration populaire pour les grands récits. Les gens ont envie qu’on leur raconte la France, leur France sous la forme de grands récits.

Lire la suite...

Jeudi, avril 5 2012

RETOUR SUR LA PRINCESSE DE CLÈVES

On se souvient de cette polémique ouverte au début du quinquennat sur l’opportunité ou non de mettre « la Princesse de Clèves » au programme de certains concours administratifs de catégorie élémentaires au motif que ces références culturelles étaient de nature à discriminer ceux qui n’avaient pas fait des études en rapport. Tollé dans les milieux culturels et intellectuels, pétitions, lectures publiques de l’oeuvre dans les écoles, rondes de protestation devant la Sorbonne, stigmatisation des goûts culturels du nouveau président de la République.

Lire la suite...

RETOUR SUR LA PRINCESSE DE CLÈVES

On se souvient de cette polémique ouverte au début du quinquennat sur l’opportunité ou non de mettre « la Princesse de Clèves » au programme de certains concours administratifs de catégorie élémentaires au motif que ces références culturelles étaient de nature à discriminer ceux qui n’avaient pas fait des études en rapport. Tollé dans les milieux culturels et intellectuels, pétitions, lectures publiques de l’oeuvre dans les écoles, rondes de protestation devant la Sorbonne, stigmatisation des goûts culturels du nouveau président de la République.

Lire la suite...

- page 9 de 13 -