Lundi, juin 12 2017

VENISE (suite) DAMIEN HIRST ENTRE RAFFINEMENT KITSCH ET GIGANTOMACHIE

D.Hirst_Demon_with_bowl_bronze.jpgDisons-le tout net, l’exposition monumentale au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana que nous offre (façon de parler) François Pinault, des derniers travaux de l’artiste Damien Hirst, estomaquent le visiteur.

Lire la suite...

MON LION D'OR

moteur_d_avion.jpgcode_d_Hammourabi.jpgC’est peut-être un peu prétentieux de se mettre dans le rôle, mais si d’aventure j’avais à décerner le lion d’or de cette Biennale, mon choix serait vite fait car l’événement de cette Biennale pour moi est dans la découverte du magnifique et inattendu pavillon libanais exilé de l’autre côté du canal de l’Arsenal (on doit s’y rendre en bateau, ce qui fait qu’une infime partie des visiteurs le découvrent) où un artiste plasticien et musicien : Zad Moultaka propose avec « Soleil noir » une œuvre qui aurait mérité haut la main et très au-dessus du lot, le Lion d’or cette année.

Lire la suite...

BIENNALE D'ART DE VENISE 2017: STIMULANT ARSENAL

muresan.jpgShimabuku.JPGL’Arsenal, souvent le meilleur y côtoie le pire, cette fois la surprise est plutôt bonne, la commissaire Christine Macel a opté pour une thématique qui s’articule en 9 séquences : Espace commun, Pavillon de la terre, Pavillon des traditions, Pavillon des Shamans Pavillon Dionysien, Pavillon des couleurs et Pavillon du temps et de l’infini. Projet ambitieux, en, partie réussi, notamment parce qu’on y rencontre de vraies œuvres et des itinéraires artistiques et non des œuvres de circonstance. On dira ce qu’on voudra, mais les meilleures éditions de la Biennale sont celles qui témoignent d’un parti-pris.

Lire la suite...

BIENNALE D'ART DE VENISE 2017: TRISTES GIARDINI

mark_Bradford.jpgRetour aux Giardini, avec toujours la même curiosité. Mais cette fois pas de bousculade, pas d’affolement (nous sommes après d’un mois de l’ouverture !) cependant il faut faire la queue aux guichets et on ne vous admet qu’avec billet et carte d’identité comme dans les avions (sécurité oblige). Premier tour de piste. Une impression de cycle qui s’achève, comme une panne d’inspiration, les pavillons sont tristes, ternes, uniformes, on a l’impression d’avoir vu cela cent fois. Une impression d’Eurovision de l’art où tout le monde parle anglais et où tout se ressemble. Ce n’est plus le dialogue des arts du monde, c’est l’art vu par la culture unidimensionnelle d’inspiration américaine.

Lire la suite...

Jeudi, mai 11 2017

LE SYMBOLE MACRON

Qu’est-ce qu’un symbole ? Les grecs qui ont inventé le terme ont aussi défini la chose : deux moitiés d’une statue ou d’une poterie qui lorsqu’on les rapproche n’en deviennent qu’une seule. Ainsi les ambassadeurs qu’on envoyait à l’étranger pouvaient se faire reconnaître de leur hôte grâce à ce procédé. Alors de quoi ce jeune président que l’on vient d’élire est-il le symbole ? Vers quoi fait-il signe ? De quelle autre moitié est-il le complément ou pour le dire autrement, quel est le revers de sa médaille ?

Lire la suite...

Samedi, avril 8 2017

Pourquoi la culture est absente des programmes présidentiels ?

Chacun peut le constater, au-delà d’une liste de mesures à prendre dans leurs programmes, aucun candidat ne formule un projet culturel ambitieux pour la France comme tel. Rien d’étonnant à cela, l’économie, la stratégie, la défense, la question de l’immigration, le chômage, sont davantage sur le devant de la scène. Pas de projet culturel d’ensemble donc qui structure le discours des politiques et le soutienne. Aurions-nous affaire à une classe politique moins cultivée qu’avant ? Rien n’est moins sûr. S’agit-il alors de désintérêt ? Sans doute pas davantage. Quoi alors ?

Lire la suite...

Lundi, janvier 30 2017

IL Y A 40 ANS, LE CENTRE GEORGES POMPIDOU

Il est des mois de janvier qui rendent plus diserts que d’autres. Non point que nous ayons manqué de sujets, mais à tout prendre, aucun ne m’a inspiré au point de me suggérer un propos. J’ai beaucoup voyagé, vu beaucoup d’expositions notamment parisiennes, à la fondation Vuitton la remarquable exposition Chtchoukine, à Beaubourg la nouvelle présentation du fonds d’art contemporain, remarquable, l’exposition de Cy Twombly (l’un des plus belles que j’ai vues et pourtant j’ai même visité son musée à Houston), l’expo Magritte belle mais à mes yeux un peu trop pédagogique », j'ai même vu au Quai Branly ou Musée Chirac comme on dit maintenant, l'exposition de la collection d'arts premiers de quelqu'un qui fait la une des médias pour d'autres motifs que ceux-là: Marc Ladreit de La Charrière. Outre un beau nom d'ancien régime, ce dernier porte aussi l'attention aux arts que célèbre le fameux musée. On y admire des chef d'œuvres d'art nègre surtout, mais à regarder de près les choses on s'aperçoit que cette collection n'a qu'un peu plus de dix ans. Bigre, comment faire une collection en si peu de temps? On s'aperçoit alors que 80% des pièces viennent de la galerie d'un célèbre marchand parisien. Bref tout cela sent un peu la salle des ventes et le catalogue des achats d'une personne qui a de l'argent. Y découvre-t-on une ligne directrice, un sens? Je ne l'ai guère trouvé, l'éclectisme et le prix supposé de ces œuvres fait l'intérêt de la collection. On aura compris de quoi il retourne. On hausserait les épaules pour un peu moins, ce qui étonne en revanche c'est la publicité qu'en fait le Musée du Quai Branly? serait-ce le tribut à payer à un grand mécène. Bref en ce début d’année, Paris était une fête pour les yeux et les spectacles n’étaient pas en reste.

Lire la suite...

Samedi, septembre 3 2016

UNE ŒUVRE D’ANSELM KIEFER VANDALISÉE

L’information est passée presqu’inaperçue dans les évènements tragiques de l’été : « une œuvre de l’artiste allemand Anselm Kiefer évaluée à un million et demie d’euros a été dégradée dans le but d’y prélever des plaques de plomb qui la composent en partie en vue de revendre les matériaux qui la composent. En outre, dix tonnes de marbre et de plomb ont subi le même sort.

Lire la suite...

Lundi, avril 18 2016

LA VALEUR DE L’ART

Une fois de plus, un événement récent, de ceux que tous les propriétaires de vieilles maisons seraient heureux de vivre, nous remet en mémoire ce vieux débat de la valeur de l’art. Ne voilà-t-il pas que, pour effectuer des travaux d’étanchéité dans un grenier, on met à jour, dans la région de Toulouse, derrière une cloison, un tableau ancien, qui se trouve être probablement du Caravage.

Lire la suite...

Dimanche, avril 19 2015

MARKUS LÜPERTZ , ARTISTE ALLEMAND.

Si, pour parler de ce peintre et sculpteur dont le Musée d’art moderne de la ville de Paris vient de monter la première grande rétrospective parisienne (après avoir montré la donation Werner en 2012 qui comportait déjà beaucoup d’œuvres), il faut évoquer le courant néo expressionniste allemand où l’on trouve Baselitz ou Polke, cela n’épuise pas le sujet. Markus Lüpertz est en effet un artiste original qui s’est assez vite émancipé des courants dominants de son époque et de son pays. Son œuvre se prête en effet à une multiplicité de lectures. Les quelque 200 tableaux et sculptures présentées dans cette exposition en donnent une idée.

Lire la suite...

Vendredi, avril 3 2015

LA MORT D’OLIVEIRA

Oser dire : « moi aussi cette mort me touche », est déjà en soi un peu prétentieux. Elle me touche comme des milliers de gens, en tout cas, comme ceux qui ont vu, découvert, aimé ses films si singuliers.

Lire la suite...

Lundi, mars 9 2015

Philippe Tiry une grande figure de la décentralisation culturelle

C’est donc un dimanche de mars que Philippe Tiry a choisi pour quitter la scène sur laquelle il a entraîné nombre d’acteurs majeurs de la décentralisation culturelle en France. Nombreux sont ceux, parmi lesquels je me compte, qui se sentent un peu orphelins désormais.

Lire la suite...

Dimanche, mars 1 2015

LA GRANDE HISTOIRE PRODUIT PARFOIS DE PETITS HOMMES

À une époque où il faut frapper l’imagination des foules, impressionner les esprits faibles, terroriser les consciences, la recette ne change pas, c’est la pratique de la terreur qu’on emploie. Ce qui change, c’est la forme et la mise en scène. Nous venons d’en être témoins à quelques mois d’intervalle avec ces guerres modernes dont l’épicentre se trouve au Moyen-Orient.

Lire la suite...

Mardi, février 3 2015

COMMENÇONS par le commencement, ou recommençons par…BISSIERE !

C’était donc en 65, étudiant, je venais d’aménager à Bordeaux pour préparer ma thèse. Je lus, sur, une affiche : « Expo Bissière », premier éblouissement. Bissière était encore dans l’actualité. L’année précédente, il avait représenté la France à la biennale de Venise tout le monde attendait son sacre, et avec lui celui de la seconde école de Paris qu’on désignait comme « Abstraction lyrique ». Et c’est Rauschenberg, le jeune artiste américain qui fut désigné. Cette date de 64 marque alors la fin de la prééminence française en peinture, la fin d’une époque et d’une vision du monde.

Lire la suite...

Dimanche, février 1 2015

NUIT DU RAGA À LA PHILHARMONIE DE PARIS

Soirée consacrée à la musique indienne, à la nouvelle Philharmonie de Paris. Le Raga, cette musique faite pour « colorer l’esprit et lui procurer du plaisir »qui date de mille ans se caractérise par l’association d’une structure musicale avec un état émotionnel, une saison ou un moment de la journée. Son but est de procurer un ravissement esthétique, de donner une saveur particulière aux choses, notion cardinale dans la pensée esthétique indienne. C’est donc un cadre mélodique qui se prête parfaitement à la composition et à l’improvisation, une entité dynamique possédant une forme unique qui incarne une idée musicale. Un raga rassemble un grand nombre de thèmes composés par de grands compositeurs du passé ce qui n’empêche pas la création des musiciens actuels et ainsi se génère une variété infinie de séquences mélodiques dans le cadre d’un raga donné.

Lire la suite...

Dimanche, décembre 28 2014

CE MALAISE DANS LES MILIEUX CULTURELS

On le sent monter, on le lit et l’observe dans maintes protestations et prises de position, le conflit de l’été qui a perturbé nombre de festivals menace de reprendre avec les dispositions qui règlent le statut des intermittents du spectacle dont une commission doit rendre ses conclusions à la fin de l’année. Le monde culturel qui voit ici et là ses subventions rognées et ses moyens de vie se réduire est inquiet.

Lire la suite...

Mardi, décembre 23 2014

UN DÉPART QUI M'ATTRISTE: JACQUES CHANCEL

Il venait de publier son dernier livre (son journal des années 2011/2014) sous ce titre énigmatique : « Pourquoi partir ? » et c’était là tout l’homme qui transformait en question ce qui est pour chacun une évidence puisqu’il faut bien partir un jour.

Lire la suite...

Samedi, novembre 29 2014

L’ARTISTE EMBLÉMATIQUE DE NOTRE ÉPOQUE

On pourrait se poser la question ainsi : quel est l’artiste le plus emblématique de notre époque ? Hier la réponse était aisée. Chacun aurait pu répondre : Picasso. Le bon sens populaire désignait ainsi le moindre gribouillis par : « c’est du Picasso » et tout était dit. Le prix des œuvres venait ajouter à l’indignation de la plupart…et en plus ça vaut cher ! Les bonnes gens haussaient les épaules devant ce monde décidément incompréhensible. Cela c’était au siècle dernier. Il n’aura échappé à personne que depuis, Picasso est au musée, qu’on a enfin compris qu’il avait résumé dans son œuvre la totalité de la peinture de son temps et qu’il était à son tour devenu un classique.

Lire la suite...

Samedi, novembre 8 2014

L’ART COMME MARQUE

J’ai été, -comme beaucoup de monde-, visiter la nouvelle et très attendue « Fondation Louis Vuitton » confiée au grand architecte américain Frank Gehry. J’ai vu un gros hanneton de verre et d’acier posé à l’orée du bois de Boulogne, reposant au milieu des arbres et dont la coupole luisante comme un dos de coléoptère d’acier dépasse la canopée.

Lire la suite...

Lundi, novembre 3 2014

PARIS CAPITALE DE L'ART?

Même les plus distraits ont entendu la nouvelle : « Paris redevenu capitale de l’art ». Il est vrai qu’on y inaugurait coup sur coup le nouvel espace Louis Vuitton, la rénovation du Musée Picasso cependant que s’y déroulait la FIAC, la foire annuelle de l’art contemporain. Tout cela est d’importance et on relèvera avec satisfaction ces signes du renouveau artistique de la place de Paris qui comme on sait avait perdu au milieu du siècle dernier son rôle prééminent avec le déclin de la défunte « école de Paris ».

Lire la suite...

- page 1 de 4