PUBLICATIONS › societé

 

Fil des billets

Samedi, mai 19 2018

POST BREXIT ROMANCE

Ils ne voulaient pas d’étrangers immigrés, de travailleurs polonais ou de levantins en fuite. Ils voulaient garder leur île dans ses traditions, préserver leur tropisme américain et le monde comme jardin de la Reine, en un mot, ils voulaient retrouver le souvenir de la gloire Victorienne qui hante la mémoire de tout Anglais qui se respecte. « Le God Save the Queen » chanté d’un bout à l’autre du Commonwealth et l’allégeance des peuples à la couronne britannique, voilà qui soude et qui oblige. Ils voulaient donc sortir de la contrainte européenne, d’une Europe dont tous les traits, les qualités et les défauts aboutissaient peu ou prou à un partage sinon un abandon de souveraineté. Ils ont fini par dire non et « bye-bye l’Europe ». Mais passée l’euphorie du premier moment vient l’heure des comptes, et pour une nation mercantile et qui sait compter, l’heure de vérité.

Lire la suite...

Jeudi, avril 5 2018

HEROS

« Malheur aux peuples qui ont besoin de héros » écrivait B.Brecht au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Il savait ce que le mot « guerre » voulait dire. Il ne visait pas en effet le héros en tant que tel, mais le fait que la société ou l’humanité en ait besoin, car ce besoin ne se fait ressentir que lorsque le danger guette et que l’avenir s’assombrit.

Lire la suite...

Samedi, mars 10 2018

LA VIE DES LIVRES

Le salon du livre qui va s’ouvrir dans quelques jours à Paris ramène notre attention sur le sujet de la naissance, de la vie et de la mort des livres. On peut certes considérer ces objets comme périssables par nature mais comme ce sont aussi des « auxiliaires de vie » on ne peut faire comme s’ils n’avaient pas une existence propre. Chacun sait bien que derrière un livre il y a une expérience humaine que l’auteur cherche à communiquer à ses semblables et il n’est que de voir le nombre de ceux qui s’éditent et s’achètent chaque année pour se convaincre que ce dialogue est toujours une part essentielle de notre culture, même s’il tend peu à peu à être supplanté par l’image ou le Twitt, cette forme moderne du grognement préhistorique. Mais que deviennent ces livres une fois lus, ou posés sur une étagère sans l’être ?

Lire la suite...

Dimanche, février 25 2018

L'HOMME GÉNÉRATIONNEL

Voilà une expression toute faite qui revient souvent dans la conversation : « c’est une affaire de génération » : les comportements sociaux, la compréhension des choses, le jugement des mœurs, tout le monde sait cela est affaire de génération..

Lire la suite...

Mercredi, décembre 6 2017

L'ÉCRIVAIN ET LE CHANTEUR

11 octobre 1963 disparaissaient en même temps, à quelques heures d’intervalle, la chanteuse Édith Piaf et le poète Jean Cocteau qui aurait eu le temps de dire : « c’est le bateau qui achève de couler ». À la peine des uns s’ajoutait celle des autres, comme si on reprochait à la mort de ramasser la mise d’un seul coup au lieu de laisser les joueurs quitter la table l’un après l’autre. Cette façon d’économiser la peine en ne respectant pas le temps des larmes avait à l'époque choqué la France et partagé le deuil.

Lire la suite...

Samedi, juillet 1 2017

LA CRAVATE

Décidément l’actualité politique nous donne plus d’un motif de réflexion ou d’étonnement sur des sujets plus futiles que graves. Ce qui retiendra notre attention cette fois, c’est le comportement du groupe des « Insoumis », - le mot est tout un programme -, entrant à l’Assemblée nationale. On aurait pu s’attendre à quelque déclaration tonitruante de son leader qui en a le talent, mais non, la question du jour de rentrée parlementaire aura été celle de la cravate. La porter ou pas ? M.Mélenchon lui-même la porte volontiers rouge mais son groupe semble-t-il, regimbe, au motif que le règlement de l’assemblée y fait obligation, c’est là son premier signe d’insoumission.

Lire la suite...

Samedi, mars 25 2017

PARLONS DU PRINTEMPS

Face à une campagne électorale qui chaque jour s’envase un peu plus et nous accable de révélations subalternes, levons un peu la tête vers la vraie campagne, juste assez pour voir les pâquerettes, les jonquilles, les camélias, les tulipiers de Virginie qui appellent tous le printemps. Hier encore, lorsque l’école obligeait l’écolier à apprendre des récitations par cœur, on découvrait Théophile Gautier : « tandis qu’à leurs œuvres perverses, les hommes courent haletants, Mars qui rit malgré les averses, prépare en secret le printemps ». C’est dans « Émaux et Camées, je crois », c’était il y a un siècle, on croirait que ça date d’hier.

Lire la suite...

Samedi, décembre 31 2016

LE PROCHE ET LE LOINTAIN.

A chaque 31 décembre, il est courant de faire le bilan de l’année écoulée. Ce qui reste en mémoire des évènements récents varie selon les individus et leur vie personnelle mais exprime une tonalité générale. On dira que pour la plupart d’entre nous, celle-ci est sombre.

Lire la suite...

Mercredi, octobre 19 2016

UN NOBEL CHANTEUR

C’est donc le chanteur-poète américain Bob Dylan qui a été désigné par l’Académie suédoise pour le prix Nobel de Littérature 2016. Pourquoi pas. Il y a bien eu dans la poésie, les Aèdes Grecs, les Rhapsodes et plus tard les Troubadours. Certains chanteurs, sont de cette espèce, poètes eux-mêmes ou passeurs de poésie et à l’évidence, Dylan est les deux.

Lire la suite...

Samedi, août 20 2016

LE CORPS DES FEMMES

Revenons un instant sur le psychodrame de cet été. Des femmes se baignent en habit qui cache leur corps sur les plages de France. Ceux qui voyagent ont déjà vu ça ailleurs, d’abord avec étonnement, ensuite avec indifférence. Ils se rappelleront (même s’ils ne l’ont jamais vu sauf en photo) qu’on se baignait en robe et chapeau sur les plages de Deauville avant que les bains de mer ne soient à la mode au début du siècle dernier.

Lire la suite...

Samedi, juin 4 2016

CÉLÉBRATIONS ET MOROSITÉ

Guère de motifs de se réjouir ces temps-ci, le temps est à la pluie, les inondations menacent Paris, Roland Garros a tiré les bâches sur la terre battue et Le Louvre est fermé. Les piles de pneus fument encore devant les entreprises en grève et les drapeaux rouges flottent avec un air de révolution rampante. La rue prise de spasmes s’enflamme et s’apaise au gré des évènements, la circulation est entravée, les Français se regardent de travers, bref, la société civile se déchire et son parlement se divise dans l’indécision des solutions qui n’en sont plus.

Lire la suite...

Lundi, mars 7 2016

JOUVET SOUS LA PLUIE

C’était dimanche dernier, et c’était jour de pluie. En sortant de chez moi pour aller acheter mon pain, je suis tombé sur un sac rempli de bouquins qu’un citadin sans doute encombré de leur poids avec mis sur mon chemin. Tout lecteur de passage ou bibliophile avisé ne pouvait que s’arrêter, quitte à passer son chemin si sa curiosité n’était piquée par quelque titre.

Lire la suite...

Samedi, octobre 31 2015

MUSEE DE L'HOMME

Passé un peu inaperçu dans le flot des informations émotives qui nous secouent tous les jours, l’ouverture du nouveau Musée de l’Homme à Paris mérite cependant un commentaire. Fermé pendant 6 ans après le déménagement de ses collections ethnologiques transférées au Musée du Quai Branly avec celles du musée des Arts Africains et Océaniens et après avoir connu la révolte des personnels scientifiques qui s’opposaient à sa redéfinition, voici que s’ouvre ce tout nouveau musée dans l’aile Passy du Trocadero. Une visite s’imposait, et si, d’entrée, le caractère « moderne » de l’ensemble change le regard qu’on avait sur ce lieu sombre et poussiéreux d’antan, l’impression qu’on en reçoit est double. D’une part, on se réjouit de la lisibilité de l’espace et des collections. La nouvelle muséographie a fait des progrès gigantesque sur la présentation des choses : tout est plus clair, plus séduisant, plus pédagogique, mais c’est peut-être là que le bât blesse.

Lire la suite...

Lundi, janvier 12 2015

APRÈS CHARLIE

Difficile ou trop facile d’écrire sous le coup de l’émotion. La pente naturelle en est l’indignation, la révolte contre le crime et la bêtise, la violence et cette façon de croire supprimer les problèmes en anéantissant ceux qui semblent en être la cause. À y regarder de près, on s’apercevra là comme en d’autres circonstances que nous avons affaire à des esprits faibles, facilement endoctrinés par des idées simples et encouragés à la violence d’autant plus facilement que leur parcours les a conduits à tuer déjà ou à avoir vu tuer dans ces guerres endémiques qui ensanglantent le Moyen-Orient. On verra aussi probablement que le motif est davantage un prétexte qu’une cause.

Lire la suite...

Dimanche, décembre 21 2014

L’ÉCOLE COMME PRIORITÉ DÉMOCRATIQUE.

Regardant distraitement, l’autre soir, l’émission de « la Grande Librairie » à la télévision où dissertaient deux académiciens loquaces, une écrivaine muette et hagarde, et une critique littéraire à ce qu’il m’en a semblé, commenter les choix des livres préférés des français, j’eus la surprise de constater que leurs choix, si l’on excepte les effets de mode et de moment comme dans le cas « d’Harry Potter » ou du « Seigneur des anneaux », se portaient immanquablement sur des auteurs « du programme ». Je veux dire par là, des auteurs qu’on étudie en classe : Camus, Sartre, Proust, Céline, Flaubert, Dostoïevski, etc

Lire la suite...

Dimanche, décembre 14 2014

LA QUERELLE DES CRÈCHES

La France disait le polémiste Rochefort éditorialiste et directeur du journal « la Lanterne » est un pays qui compte 36 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement. Nous sommes aujourd’hui presque le double et nous avons toujours autant d’aptitude à être mécontents. Tout nous sert de sujet de querelle, chacun, au nom de ses convictions de ses lubies ou de ses aigreurs garde par devers soi un prétexte à s’insurger contre ce qui contrevient à ses intérêts ou à ses opinions et ce avec d’autant plus de force qu’il y trouve quelque motif juridique où fonder sa colère.

Lire la suite...

Vendredi, septembre 5 2014

VENGEANCE ET LITTÉRATURE

Les femmes aiment plus que les hommes nous dit la littérature. Elles aiment et haïssent absolument. Chaque jour en apporte sa preuve et les femmes blessées sont plus féroces que les hommes, c’est ce que nous raconte le Théâtre.

Lire la suite...

Jeudi, avril 24 2014

NI FLEURS, NI COURONNES.

C’est la mention, au bas d’un faire-part de décès que j’ai reçu ces jours derniers. Je suis comme tout le monde, ce genre de « faire-part » au printemps, comme disait Jacques Brel, m’attriste. C’est vrai que « c’est dur de mourir au printemps » quand la vie renaît partout, dans les arbres, les plantes, les fleurs et qu’on a envie d’ouvrir ses poumons et de respirer le grand air.

Lire la suite...

Samedi, décembre 7 2013

DES LOIS ET DES MŒURS

Et soudain, la question de la prostitution – qui concerne en France paraît-il environ 20 000 personnes- est devenue l’urgence du moment. Il est vrai que le talent et la force de conviction d’une jolie ministre habile à manier la langue de bois y est sans doute pour quelque chose. Cependant on peut s’interroger sur cette urgence à faire des lois sociétales, comme si insidieusement une morale d’État était en train de s’instiller dans le mode de vie des Français. Et une fois de plus, c’est un sujet qui divise. On se demande d’ailleurs quels sont les sujets qui dans notre pays ne divisent pas !

Lire la suite...

Samedi, septembre 7 2013

QUI AU PANTHÉON ? DESCARTES !

Et voilà une question rituelle qui traverse l’esprit de chaque président de la République et de ses conseillers. Qui va-t-on mettre au Panthéon ? Car il faut bien rappeler que le Panthéon fut au lendemain de la Révolution, la nécropole où la République vint inhumer ses grands hommes, comme la Royauté l’avait fait auparavant pour la basilique de Saint Denis. La Révolution, du reste eut pour conséquence la vandalisation et l’abandon de la nécropole royale.

Lire la suite...

- page 1 de 2