A PROPOS DU PRINTEMPS DE SEPTEMBRE, QUESTION DÉRANGEANTE.

Beau titre en effet que celui de ce « Printemps de Septembre » à Toulouse : « l’histoire est à moi ». Le commissaire d’exposition s’interrogeant sur le sens à donner à cette manifestation déclarait : « comment les artistes voient-ils l’histoire du temps présent et celle du passé, comment se l’approprient-ils ? »

Eh bien, la réponse lui sera fournie dans cette même édition au travers d’illustrations souvent convaincantes comme celle de Gohar Dashti, images d’un couple pendant la guerre Iran/Irak ou la performance vidéo d’Elena Kovylina à l’espace Écureuil, le théâtre d’ombres chinoises de Kara Walker qui semble une animation paisible mais dans laquelle se joue la chasse aux esclaves, le viol et la maltraitance des noirs, ou encore les grandes photos-montage du groupe russe AES+F qui poursuivent leur approche décapante de notre présent en donnant une version du « Satyricon » de Pétrone, où l’on voit l’ancien esclave Trimalcion devenu riche comme un oligarque, se livrer à la débauche dans la Rome décadente qui n’est pas sans rappeler une certaine Russie actuelle. On sera sensible aussi à l’installation de Christoph Draeger qui s’est fait une spécialité de ce genre et qui ici évoque ce septembre noir des athlètes israéliens détenus lors des jeux Olymiques de Munich en 1972, ou encore ces vitrines présentant sous nickel et verre, les objets jetés par les amis ou la famille aux détenus de la prison St Anne en Avignon avant que des filets n’en empêchent l’envoi et qui, chaussettes roulées, chiffons divers, contenaient, drogue, argent, billets doux mais qui restaient parfois accrochées aux barbelés sans toucher le sol, dérisoires objets d’espoir ainsi offerts au mistral qui les balançait au-dessus de la tête des détenus. Trois magnifiques tôles de plomb marouflées d’A.Kiefer où l’on voit des images de soldats faisant le salut hitlérien. Ou encore cette vidéo de Mounir Fatmi, « l’homme sans cheval » où l’on voit un homme avancer en donnant des coups de pieds dans un livre qui s’avère être un livre d’histoire. L’histoire justement qui rattrape Mounir Fatmi au col lors de sa projection nocturne d’images sur le Pont neuf. Voilà-t-il pas que de manière inopinée semble-t-il, des versets du coran que Mounir Fatmi insère souvent dans ses œuvres, sont projetés sur le sol et que la foule qui déambule piétine sans y prendre garde. Soudain, une femme qui avait marché dans le halo de lumière est prise à parti par des musulmans qui se sentant insultés par ce qu’ils vivent comme un blasphème, prennent à partie cette jeune femme qui est giflée et l’affaire fait grand bruit à Toulouse. Voilà bien une illustration intéressante du rapport de l’art a la vie, au réel, à l’histoire, nous voilà sortis du domaine métaphorique et des discours hors sol. Soudain, prend forme dans toute ses contradictions l’histoire immédiate. Un artiste connu pour son travail à l’articulation Islam/monde contemporain, - on se souviendra de sa pièce d’après 2001 où était projeté sur un mur la « skyline » de New-york avec les Twin Towers et qui n’était en fait que l’ombre projetée de livres saints dont deux corans dressés qui figuraient les tours. Voilà un artiste qui pose avec intensité dans tous ses travaux cette question du rapport de religieux et de l’histoire, de l’art et de la vie, bon choix pour cette exposition. À son corps défendant peut-être, à Toulouse, soudain l’arc électrique de ce rapport a fait des étincelles. Belle occasion pour les organisateurs de prendre position sur la liberté artistique et ses enjeux contemporains. Un communiqué de presse indiquera cependant que l’artiste, le mairie de Toulouse et les responsables du festival interrompent les projections par volonté d’apaisement. Est-ce que cet incident et sa conclusion ne donnent pas finalement davantage à penser que toutes ces expositions qui posent dans l’absolu des questions auxquelles personne n’est pressé de répondre ? Et si l’art n’était finalement que la posture avantageuse du politiquement correct contemporain ?