UN ROI A LA PLAGE

Voyez comme sont les gens, on leur amène un arabe riche qui nous achète deux douzaines de Rafale, installe 1 000 personnes de sa suite à Vallauris avec les dépenses que cela implique et on leur chipote un bout de plage de sable gris, moche comme tout, qui ne fait que quelques dizaines de mètres de longueur au nom des grands principes du libre accès au littoral.

Pour une fois que l’on n’a pas le méchant intégriste cachant sa Kalachnikov sous sa djellabah, ou les coupeurs de tête de Daesh en ligne de mire, on fait la fine bouche, on fait du juridisme, la loi, c’est la loi, et ci et ça. On va leur montrer à ces gens-là, qu’un peuple qui a coupé la tête de son roi et de quelques autres avant tout le monde, qui a inventé la guillotine pour cet usage n’a de leçon à recevoir de personne, non mais ! Déjà plus de 100 000 protestations sur Internet, on ne rigole pas avec la propriété collective du territoire en France. Déjà la propriété privée, c’est limite, alors la propriété privée des étrangers qui bâtissent ou achètent des biens en France, c’est intolérable, leur présence est une tolérance, juste une tolérance et faut voir à ne pas marcher en dehors des clous. Non mais ! On a notre honneur national. Oui, mais voilà, les commerçants de la côte ne voient pas la chose de la même manière, ils savent eux que lorsque « les Arabes » reviennent, ce sont les tiroirs caisse qui s’affolent. D’abord les émirs et autres sultans s’installent dans les hauts de Cannes et dans les résidences haut de gamme qu’ils possèdent depuis des lustres. Leurs enfants et petits enfants s’installent eux dans les palaces du bord de mer en chemisette et en tongs de luxe avec voitures de sport, fêtes sur les plages et casino à tout-va. Les femmes se livrent au pillage des boutiques de luxe et l’on se rappelle, émus, qu’à Cannes, il y a quelques années, c’est la célèbre rue d’Antibes qui avait été ravagée par ce vol de crickets en voiles transparents de sorte que derrière, il ne restait plus un string à acheter ! Alors vous pensez, lorsqu’en plus c’est le roi d’une des monarchies les plus riches du monde qui débarque avec ses pétrodollars ! Pas contents les commerçants, les hôteliers, les restaurateurs, les fleuristes, les fournisseurs qu’on aille chipoter pour quelques arpents de sable ! Malgré tout, ce sera l’autre feuilleton de l’été, avec celui des révoltes paysannes qui voient les paysans prendre en otage les touristes sur les routes et les consommateurs dans les grandes surfaces. Rien ne change en France, on est prompts à la révolte, on a l’honneur et la fierté des pauvres. On s’en voudrait d’aller ramasser l’argent des riches en leur laissant poser leurs babouches sur nos plages. Après tout, du sable ils en ont assez chez eux, qu’est-ce qu’ils viennent nous embêter chez nous. Non mais ! Et puis, tiens, ils n’ont qu’à nous acheter notre lait et notre viande, voilà ! D’accord, pour le cochon ce sera plus dur. Il faudra essayer avec les Chinois. Au fait, ceux-là, tout riches qu’ils sont, ils n’investissement pas encore la côte d’azur ! Les russes, eux y étaient revenus tout naturellement, mais là encore on a fait ce qu’il fallait pour leur rendre la vie impossible. Non mais ! On est si bien chez soi, tout seuls, entre nous, avec la caravane le pastis et le belote. Non mais!