REVUE DE PRESSE

Saisi à la volée de mes lectures estivales. Un gros orage éclate sur le Sud-Ouest, les cartes météo se mettent à la couleur de la vigilance orange et l’orage finit par éclater avec tornade et grêlons, mais c’est moins grave que prévu.

Samedi aux arènes de Bayonne le toro Zamarrito saute dans le calléjon, embroche un photographe et écrase la jambe d’un autre. Qui a dit que c’est toujours l’homme qui gagne dans les courses de taureaux ? À Saint Martin du Crau, un jeune de 15 ans est mort d’un coup de sabot donné par un taureau lâché pour un jeu de course en Camargue. En Espagne les « encierros » connaissent chaque année leur lot d’accidents mortels devant les toros lâchés dans la ville pour les fêtes (75 blessures par cornadas à la San Firmin de Pampelune cette année). Qu’est-ce qui pousse les gens à se mettre ainsi en danger de mort devant un fauve ? Une passion venue du fond des âges, inexplicable aux néophytes et inadaptée aux mœurs compassionnels de notre temps. Fin du feuilleton de la plage du Roi à Vallauris. Après une semaine rocambolesque et clochemerlesque, le roi a pris ses cliques et ses claques, sa suite de Cinq cents personnes, et a filé sous des cieux plus hospitaliers : le Maroc. Vallauris a retrouvé sa plage ses trois parasols, ses 150 OOO signatures pétitionantes et a perdu estime-t-on cinq à six millions de « royalties » jamais si bien nommées. L’honneur est sauf, le porte-monnaie des commerçants, plus léger. Mais il est vrai qu’à Cannes, un roi chasse l’autre et qu’il y a suffisamment de fortunes en petro dollars pour continuer à venir sur la côte d’azur. N’empêche, par ces temps de crise…Enfin, on a gagné comme diraient les supporters un soir de finale. Quoi ? On ne sait trop, mais on a gagné quelque chose, un élu local a considéré que c’était de la publicité. Bonne ou mauvaise, qu’importe, on n’a cette fois pas parlé de Vallauris seulement à cause ou grâce à Picasso ! Mais on a gagné vraiment dans les bassins de Kazan où se dispute le championnat du monde. Enfin on entend une marseillaise dans le sport de haut niveau. Nous avons su fabriquer des nageurs et nageuses exceptionnels et ça se voit. Quels athlètes, quelles musculatures, on espère seulement que l’ombre du dopage ne viendra pas ternir ce sport après d’autres puisqu’on apprend en même temps que 40% des athlètes aux jeux Olympiques seraient dopés. Pour l’instant on désigne la Russie et l’Éthiopie. Un hasard ? La presse de caniveau suit ou piste quelques scandales ou faux évènements : les vacances de M.Sarkozy, un marronnier habituel, les gaffes de Mme Royal, les seins nus de Monica Bellucci et quelques autres dont la fille de M.Villepin et tutti-quanti ! Pendant ce temps, le président glisse une nouvelle peau de banane sous les pieds de la classe politique : la ratification de la charte des langues régionales qui demandera de réunir le congrès et ce malgré l’avis négatif réitéré et du Conseil d’État et du Conseil constitutionnel. Cette affaire devrait pouvoir entretenir une bonne querelle franco-française pendant quelques mois, le temps que le chômage baisse ! Et ainsi va le monde, comme dirait l’autre.